Rechercher
  • Centre thérapeutique Existencielles

Estelle Bayon

Mis à jour : juil. 4

Sophrologue et hypnothérapeute, je suis docteure en esthétique, une branche de la philosophie orientée sur la connaissance sensible et la manière dont leurs formes nous affectent, à travers nos sensations, émotions, sentiments.

La sophrologie que j’exerce et transmets aujourd’hui est un prolongement logique, pratique et concret de cette approche théorique du sensible. Elle permet de retrouver une conscience de soi, ce qui aide à se décharger de nombreux maux contemporains : stress, anxiété, ruminations, burn-out, charge mentale, douleurs… Il s’agit d’une pratique psycho-corporelle accessible, basée sur des exercices simples de respiration contrôlée, de détente musculaire et mentale et de visualisations. Elle est inspirée du yoga, de l’hypnose, de la méditation de pleine conscience, de la philosophie existentielle. Cette pratique permet de se retrouver, de mieux se comprendre, de respecter ses besoins, de vivre en harmonie avec soi-même, donc avec les autres et le monde, et ainsi d'affronter sereinement un quotidien, parfois si éprouvant. La dimension existentielle, que j’apporte à ma pratique, favorise un retour au présent, à la liberté, à une existence plus épanouie.

Même si je reçois des personnes pour tout type de demande, j’ai orienté mon accompagnement sur deux spécialisations : HP et violences.

Les personnes évoquent des problématiques comme : « Je me sens débordé·e par mes émotions », « je cogite tellement que je n’arrive pas à dormir », « je me sens en décalage avec les autres et le vis mal, je n’arrive pas à me faire comprendre, je me sens seul·e », « je suis trop perfectionniste, je n’arrive pas à lâcher prise », « je sais que j’ai un QI supérieur à la moyenne mais je me sens nul·le », « je ne supporte plus les bruits, l’agitation » ou encore « je ne sais plus qui je suis, à force de porter des masques sociaux ou de me protéger sous une carapace ». Ces personnes sont des Hauts Potentiels, avérées par un test chez un·e psychologue, ou qui pensent l’être car elles se sont reconnues dans des livres, des vidéos. Elles arrivent en quête de mieux-être, car, si se reconnaître tardivement HP peut être un soulagement, cela ne règle pas pour autant les difficultés endurées au quotidien.

Leur cerveau, toujours actif, et leur système émotionnel et sensoriel en alerte permanente peuvent trouver un soulagement dans une pratique psycho-corporelle comme la sophrologie, qui calme le mental des pensées envahissantes. Pour cela, on retourne au corps, souvent délaissé chez les HP, au profit du cerveau, cette machine à fabriquer des idées et des théories, mais aussi des ruminations, des croyances limitantes, de l’anxiété, qui emmènent dans le passé, dans le futur, ou ailleurs. Or le corps, lui est toujours au présent. Des exercices de relaxation permettent de s’ancrer dans le présent, dans ce qui est, plutôt que dans la frustration de ce qui pourrait être, de détendre le corps et, ce faisant, le mental (cf. http://www.estellebayon.com/relacher-le-corps-pour-apaiser-le-mental/).

Beaucoup de personnes sortent de la séance, surprises d’avoir fait le vide, calmes et posées, comme si elles avaient trouvé le bouton "off", tout simplement. La sophrologie est simple en effet. Simple, mais pas si facile. Dans une société agitée où il faut être performant·e et productif·ive, cette thérapie demande de trouver quelques instants pour soi, ce dont nous prive notre mode de vie agité. Elle requiert de l’entraînement, une pratique régulière, un engagement avec soi-même.

En séance, des exercices de relaxation, de respiration, de visualisation sont pratiqués, ponctués de moments de «vivance» où la personne accueille ses ressentis, ses sensations, ses émotions en pleine conscience, ce qui se présente, sans jugement ni analyse. Véritable exercice de lâcher-prise pour les HP qui cherchent du sens et des explications à tout ! Cet accueil est un moment important dans l’acceptation de soi, de ce qui est, pour ensuite pouvoir le travailler. Avant de « gérer » une émotion, il est question de la rencontrer et de se mettre à son écoute.

En accompagnement individuel, la sophrologie propose un suivi sur-mesure mêlant une variété d’exercices qui permettent de stimuler la concentration, d’assumer sa sensibilité, de mieux dormir, de gagner en confiance. Elle favorise aussi des prises de conscience, parfois douloureuses, souvent joyeuses. Car elle constitue un véritable travail sur soi dans un cheminement existentiel. La personne se retrouve, se rencontre, se découvre. Je pense à Noémie *qui réalise, soulagée et surprise, qu’il est permis d’être soi-même et même de se mettre en colère parfois. À Fouzia qui a retrouvé le sommeil et avec lui une certaine joie de vivre. À Bastien, si nerveux à sa première consultation, presque tremblant d’anxiété, désormais plus apaisé. A Mahdi, qui se dépouille de son « faux self » pour vivre ses valeurs profondes. Je me souviens de Joséphine, qui a quitté son compagnon, réalisant la toxicité de leur relation, pour vivre pleinement sa vie. De Bertille, qui a réalisé, au fur et à mesure des semaines que son hypersensibilité était due à des traumatismes d’enfance qui ont refait surface, et sur lesquels elle peut désormais travailler.

L’une de mes anciennes clientes m’a donné de ses nouvelles et m’a confié : « la sophrologie pour moi, c’est comme avoir planté des graines qui continuent à croître ». Si vous êtes HP et prêt·es à investir un peu de temps, un peu d’argent dans votre mieux-être, il se peut que ce potentiel en vous puisse grandir à la lumière d’une nouvelle conscience. *Tous les prénoms ont été modifiés pour respecter l'anonymat des personnes.

Pour en savoir plus sur l’apport de la sophrologie pour les Hauts Potentiels : http://www.estellebayon.com/la-sophrologie-au-service-du-haut-potentiel/

0 vue